SildenafilCitrateTabs

The art of martial art

Karate Martial Arts

Les 5 films de Karaté Kid classés du pire au meilleur


La franchise de films Karate Kid s’étend sur cinq films, y compris des suites et un remake, et les voici tous classés du pire au meilleur. Le premier des films The Karate Kid a présenté les personnages de Daniel LaRusso (Ralph Macchio) et de son sensei de karaté/meilleur ami M. Miyagi (Noriyuki « Pat » Morita), qui sont maintenant parmi les héros de cinéma les plus aimés de la culture pop, et leur la dynamique s’est poursuivie pour deux autres films, The Karate Kid Part II de 1986 et The Karate Kid Part III de 1989. Morita a ensuite fait la une de The Next Karate Kid en 1994 sans Macchio mais aux côtés d’une nouvelle co-star, Hilary Swank, qui jouait Julie Pierce, la deuxième élève de M. Miyagi. 16 ans plus tard, la marque The Karate Kid a été ressuscitée pour un remake de 2010 mettant en vedette Jaden Smith et Jackie Chan, qui a marqué la fin des films The Karate Kid (pour l’instant). Voici les films de The Karate Kid classés du pire au meilleur.

Cependant, tout aussi crucial pour le succès durable des films The Karate Kid était Cobra Kai, le dojo ennemi de Daniel, qui est revenu – avec la rivalité adolescente de LaRusso avec Johnny Lawrence (William Zabka) – dans une série télévisée très réussie et acclamée par la critique qui a commencé sur YouTube Red et continue sur Netflix. Cobra Kai a cimenté l’héritage de The Karate Kid et a inspiré une nouvelle génération à redécouvrir les films. Ce qu’ils trouvent finalement, c’est que les films de The Karate Kid ne sont pas toujours du plus haut calibre et offrent des rendements décroissants. Cependant, les films de The Karate Kid continuent de résister à l’épreuve du temps, et l’un des films est sans équivoque le meilleur du moment. Alors, sans plus tarder, voici les films The Karate Kid classés.

5. Le prochain Karaté Kid (1994)

The Next Karate Kid était le dernier film à mettre en vedette Pat Morita dans le rôle de M. Miyagi, mais sans Ralph Macchio dans le rôle de Daniel LaRusso. Également connue sous le nom de The Karate Kid Part IV, la future lauréate d’un Oscar, Hillary Swank, a été présentée dans son rôle d’évasion en tant que Julie Pierce, une adolescente troublée de Boston dont M. Miyagi assume la responsabilité. C’est aussi le premier des films de Karaté Kid non réalisé par John G. Avildsen ou écrit par Robert Mark Kamen. L’intrigue implique que Miyagi apprend que Julie, la petite-fille de son camarade de l’armée de la fin de la Seconde Guerre mondiale, connaissait déjà du karaté Miyagi-Do, alors le sensei décide de poursuivre sa formation et de lui enseigner d’importantes leçons de vie. The Next Karate Kid met également en vedette Michael Ironside dans le rôle du méchant, le colonel Paul Duga, et Walton Goggins joue un petit rôle en tant que l’un des Alpha Elite, les remplaçants du film pour Cobra Kai en tant que méchants.

Malgré le charme de la relation entre Miyagi et Julie et l’enthousiasme athlétique que Swank a apporté à son rôle, The Next Karate Kid occupe la place la plus basse dans le classement des films The Karate Kid. The Next Karate Kid est un film à l’emporte-pièce avec des personnages fades, une intrigue standard et passe-partout et des enjeux de plus en plus absurdes. Le film culmine dans une bagarre nocturne prévisible et tiède entre l’Alpha Elite, Julie, et son petit ami, Eric McGowen (Chris Conrad) qui mime le début de The Karate Kid Part II. Les Alpha Elite vaincus tournent le dos au colonel Dugan, tout comme le Cobra Kai l’a fait à John Kreese (Martin Kove) dans le deuxième Karate Kid, et Dugan est humilié par Miyagi de la même manière que Kreese. The Next Karate Kid introduit un nouvel élément intéressant de moines bouddhistes dont le monastère Miyagi emmène Julie pour s’entraîner, mais les moines sont joués pour la comédie au lieu d’approfondir la compréhension philosophique du public du karaté Miyagi-Do. The Next Karate Kid a été un échec critique et financier lors de sa sortie en 1994, mais il y a toujours du plaisir à regarder M. Miyagi entraîner Julie-san tout en déplorant que « les garçons sont plus faciles ».

4. Karaté Kid Partie III (1989)

The Karate Kid Part III est sorti en 1989, et c’était le dernier et, facilement, le pire chapitre de la saga cinématographique de Daniel LaRusso. Fraîchement sorti d’un été à Okinawa avec M. Miyagi, le jeune Daniel LaRusso revient à Los Angeles et se retrouve impliqué dans un complot diaboliquement ridicule de John Kreese et de son meilleur ami, le multimillionnaire Terry Silver (Thomas Ian Griffith), pour ruiner la vie de LaRusso et le forcer à défendre son championnat de karaté afin de remettre le dojo Cobra Kai sur le devant de la scène. La relation de Daniel-san avec M. Miyagi est testée comme jamais auparavant, et il abandonne même son sensei alors que LaRusso rejoint brièvement Cobra Kai avant qu’il ne reprenne ses esprits. The Karate Kid Part III a une fin similaire au film original, mais cette fois, le triomphe prévisible de Daniel n’a pas le même impact ou la même joie de vivre.

La méchanceté virevoltante de la moustache de Terry Silver est divertissante, mais son stratagème contre LaRusso est absurde. Tout aussi caricatural est le nouveau rival de Daniel, « Karate’s Bad Boy » Mike Barnes (Sean Kanan), qui se livre à un niveau de harcèlement contre Daniel et sa nouvelle amie (platonique) Jessica Andrews (Robyn Lively) qui aurait dû appeler à l’intervention de la police. Mais le plus gros problème avec The Karate Kid Part III est Daniel-san lui-même; LaRusso n’a jamais été aussi capricieux, irrationnel et antipathique, et Macchio (qui avait 28 ans) était évidemment trop vieux pour jouer encore Daniel, 18 ans. Cependant, Pat Morita apporte de manière fiable les marchandises en tant que Miyagi, qui pleure silencieusement jusqu’où Daniel-san est tombé avant de sauver son élève une fois de plus. La bonne volonté du public envers Daniel LaRusso s’est essoufflée avec The Karate Kid Part III, qui a rapporté un maigre 38,9 millions de dollars. Il a fallu 30 ans à Daniel pour faire son retour grâce à Cobra Kai.

3. Le Karaté Kid Partie II (1986)

Sorti à l’été 1986, The Karate Kid Part II n’était admirablement pas un clone de l’original ; au lieu de cela, l’attention se porte sur M. Miyagi, qui est accompagné de Daniel dans sa ville natale d’Okinawa pour rendre visite à son père mourant, ce qui ravive également sa rivalité de toujours avec l’ancien meilleur ami de Miyagi, Sato (Danny Kamekona). LaRusso obtient également un nouvel intérêt amoureux attrayant pour Kumiko (Tamlyn Tomita) et un nouvel ennemi inoubliable dans le neveu de Sato, Chozen (Yuji Okumoto). The Karate Kid Part II a révélé l’origine du karaté Miyagi-Do et augmenté les capacités d’arts martiaux de Daniel-san, qui culmine dans un combat brutal avec Chozen qui a irréversiblement augmenté le niveau de violence de la franchise The Karate Kid au-delà des limites contrôlées des tournois de karaté.

The Karate Kid Part II n’est pas l’égal du premier film, mais il approfondit l’amitié entre Daniel-san et M. Miyagi tout en introduisant de nouveaux éléments cruciaux dans le mythe. Le film a été tourné à Hawaï, ce qui a doublé pour Okinawa, et pourtant il est étrange (mais pratique pour LaRusso et le public) que malgré leur retour à la maison, Miyagi et Sato se parlent exclusivement en anglais approximatif au lieu du japonais. L’histoire d’amour entre Daniel et Kumiko n’est pas tout à fait à la hauteur des paroles sirupeuses de la chanson thème du film, « Glory of Love » de Peter Cetera (qui était à l’origine destinée à Rocky IV), mais l’animosité de LaRusso avec Chozen a danger palpable et enjeux de vie ou de mort. The Karate Kid Part II a été un succès au box-office encore plus important que l’original, gagnant 115 millions de dollars dans le monde, ce qui en a fait l’un des films les plus rentables de 1986.

2. Le Karaté Kid (2010)

The Karate Kid de 2010 accomplit l’exploit miraculeux d’être un remake presque aussi bon que l’original (et c’est en fait encore mieux à certains égards). Avec Jaden Smith dans le rôle de Dre et Jackie Chan dans le rôle de son mentor, M. Han, le titre de The Karate Kid est un abus de langage total utilisé uniquement à des fins de marketing, puisque le film a été tourné presque entièrement en Chine (y compris la Cité Interdite) et parle de kung fu, pas le karaté. L’histoire de Karate Kid 2010 est un écho battement pour battement de l’original de 1984, mais cela s’avère être positif. Dans le remake, Dre est un Américain de 12 ans en Chine qui se retrouve victime d’intimidation par un gang de kung-fu et est sauvé par l’homme à tout faire de son immeuble, qui se trouve être un maître d’arts martiaux reclus. M. Han entraîne Dre d’une manière peu orthodoxe pour se battre dans un tournoi qu’il remporte finalement et il forme un véritable lien avec son élève. Dre a également un intérêt amoureux nommé Meiying (Wenwen Han).

Contre toute attente, The Karate Kid 2010 réussit en étant fidèle à l’essence même du film original tout en créant des personnages gagnants à part entière. Jaden Smith est un leader charismatique et sympathique en tant que Dre, mais le maître du Kung-fu Jackie Chan livre une performance dramatique remarquablement résonnante en tant que M. Han, qui a ses propres démons qu’il surmonte grâce à son amitié avec le garçon américain. Le kung-fu dans le film est vraiment impressionnant et à des années-lumière au-delà de tout dans les précédents films de Karaté Kid, et le remake trouve également de nouvelles façons pour M. Han et Dre de renverser les tropes classiques de la façon dont M. Miyagi a formé Daniel. Le Karate Kid 2010 a reçu des critiques généralement favorables, et il n’a jamais eu de suite, mais il a rapporté 358 millions de dollars dans le monde, ce qui en fait le film le plus rentable de la franchise The Karate Kid. Cependant, il existe en dehors du « verset Miyagi » et il n’est pas considéré comme canon par les producteurs de Cobra Kai.

1. Le Karaté Kid (1984)

The Karate Kid est l’un des films de sport les plus aimés et les plus inspirants jamais réalisés. Bien qu’il emprunte des aspects de la formule des films Rocky, ainsi que du réalisateur oscarisé de Rocky, John G. Avildsen, le cœur et l’âme durables de The Karate Kid de 1984 sont le lien entre Daniel LaRusso et M. Miyagi. L’intrigue est désormais légendaire : Daniel a déménagé du New Jersey à Los Angeles et est devenu le rival de Johnny Lawrence de Cobra Kai après avoir commencé à sortir avec l’ex-petite amie de Johnny, Ali Mills (Elisabeth Shue). Après avoir été ligoté à plusieurs reprises, Miyagi entraîne Daniel-san à participer à un tournoi de karaté, qu’il remporte en battant Johnny. Près de 40 ans plus tard, The Karate Kid reste une histoire éternellement satisfaisante remplie de personnages qui sont devenus des icônes de la culture pop, et leur histoire se poursuit et se développe dans Cobra Kai.

De nombreux tropes célèbres de The Karate Kid ont continué à résonner. On se souvient affectueusement du film pour les méthodes ingénieuses de Miyagi pour entraîner Daniel en lui faisant effectuer des tâches ménagères comme peindre une clôture et poncer le sol – bien sûr, « cire dessus, cirer » est éminemment citable – et le coup de pied de grue culminant de Daniel qu’il avait l’habitude de vaincre Johnny est emblématique. Mais les performances de Pat Morita et Ralph Macchio restent touchantes et puissantes, tandis que William Zabka était sous-estimé en tant que Johnny, bien que Cobra Kai ait réalisé tout son potentiel. C’est incroyable de voir comment trois suites, un remake et une série télévisée à succès ont tous été construits à partir de The Karate Kid, qui parle du film original comme d’un véritable classique des années 1980 – un qui se connecte toujours avec des générations de fans, nouveaux et anciens, comme le tremplin pour Cobra Kai et ses personnages.

Cobra Kai est-il meilleur que Karaté Kid ?

Même si les films The Karate Kid sont de grands films, ils ont été dépassés par le succès de la série Netflix Cobra Kai. La beauté de Cobra Kai est qu’il s’agit essentiellement d’une histoire de retour inattendue. Plutôt que de se concentrer initialement sur Daniel LaRusso, l’émission télévisée se concentre sur l’ancien intimidateur et antagoniste de The Karate Kid, Johnny Lawrence. Il suit Johnny alors qu’il récupère sa vie monotone et tente de redonner à Cobra Kai son ancienne gloire. Il se passe beaucoup de choses dans la série, notamment Johnny perdant Cobra Kai au profit de John Kreese et étant obligé de créer son propre dojo. Ce qui rend le succès de Cobra Kai particulièrement surprenant, c’est que personne ne s’attendait à ce qu’une série Karate Kid choisisse Lawrence plutôt que LaRusso. La série reprend 34 ans plus tard et explore comment les vies de LaRusso et Lawrence s’entremêlent à l’avenir, avec à la fois la gestion de leurs propres dojos et la transmission de leur ancienne rivalité à leurs étudiants. Cobra Kai a attiré le public de Netflix depuis la saison 1 avec sa multitude de batailles de karaté à haute action entre enfants et adultes. Une autre raison pour laquelle Cobra Kai est si attrayant est qu’il ramène une tonne de personnages de Karaté Kid, tels que Chozen, Kumiko, Ali Mills, John Kreese et Terry Silver.

Cobra Kai recontextualise essentiellement les films de Karaté Kid comme le début d’une histoire plus large en montrant Daniel et Johnny à l’âge adulte. Cela a fait jaillir de nouvelles théories de fans, telles que Daniel étant en fait l’intimidateur de la franchise. Fondamentalement, la série elle-même a acquis une telle popularité que les films de The Karate Kid pourraient techniquement être considérés comme des préquelles de Cobra Kai, offrant une nouvelle façon intéressante de profiter de la franchise. Il n’est pas aussi difficile qu’il devrait l’être de déterminer lequel est le meilleur – The Karate Kid ou Cobra Kai étant donné à quel point la franchise de films The Karate Kid est appréciée. Le public et les critiques semblent être d’accord pour dire que Cobra Kai a dépassé ses origines. Basé sur la base de données Metacritic, le Karate Kid original détient une cote de 60, tandis que la première saison de Cobra Kai a une cote de 72, la saison 4 battant le record à 80. C’est vrai, les films de The Karate Kid sont des classiques des années 1980. vaut bien la montre, mais Cobra Kai les surpasse clairement.



Source link

LEAVE A RESPONSE

Your email address will not be published. Required fields are marked *